MA COOP LA VIE AU VERT

 48800, Pied-de-borne

MA COOP LA VIE AU VERT, une épicerie coopérative et participative en Cévennes pour maintenir le commerce de proximité

Ma COOP est devenue bien plus qu'un magasin. C'est le lieu de rencontre des habitants de toute une vallée qui sont éloignés les uns des autres. Pour discuter, pour trouver un accès internet, pour prendre un café, l'obligation d'achat n'est pas nécessaire pour entrer dans la Coop. Les infos municipales passent par l'affichage à la caisse, les pétitions pour un accès au téléphone ou internet aussi, comme les infos culturelles. C'est donc un coeur de Village, reconnu comme un tiers lieu au service de tous les habitants qui permet de briser l'isolement des populations les moins favorisées.


Ma Coop c'est bien sûr une épicerie (30% de produits locaux, 50% de produits issus de l'agriculture biologique), un atelier boulangerie où un artisan vient confectionner son pain en saison. Mais c'est surtout un projet porté par l’association loi 1901 à caractère non lucratif, ’Ma Coop’, inscrite au journal officiel du 25 février 2012, est précisé dans ses statuts (article 2) : "Cette association a pour but de promouvoir une consommation locale, responsable et écologique, de favoriser le développement durable d’une économie sociale et solidaire et de favoriser la création et le maintien des commerces et services de proximité." Ainsi, depuis 2012, en partenariat avec le Foyer Rural de la Borne, Ma Coop a organisé de nombreuses actions et rencontres dans le village. Des soirées ciné-débat (en partenariat avec Cinéco, cinéma itinérant en Cévennes) autour de films documentaires comme Tous Cobayes, Demain !, Food Coop... Des soirées repas intergénérationnelles participatives et conviviales réunissant jusqu'à 140 personnes... Mais aussi des foires avec les producteurs locaux, des animations pour les enfants, des ateliers cuisine pour apprendre à utiliser des produits plus sains...


Les statuts prévoyaient dès l'origine d'évoluer pour lui permettre de devenir une société coopérative. Il ne s’agit donc, en aucune manière, d’une démarche privée mais coopérative où habitants, producteurs et services publics sont pleinement associés à la vie de la structure et au maintien du commerce. Par exemple, en 2012, les travaux d’aménagement du magasin ont été réalisé par le menuisier du village mais aussi avec les habitants et amis à l’origine de l’idée (photo ci-dessous). Une manière concrète d’apporter très concrètement leur aide … C'est aussi les habitants de la vallée qui ont réalisé l'enseigne de leur magasin en mozaïque dans le cadre d'un atelier participatif.


   

 


Pour en savoir plus sur le projet de MA COOP

- Vous pouvez écouter notre intervention dans l'émission Carnets de Campagne de Philippe Bertrand diffusée sur FRANCE INTER le 26 novembre 2015.




En 2017, MA COOP devient une coopérative de consommateurs...

La première coopérative de consommateurs en Lozère, mais aussi la 1ère épicerie coopérative et participative de France en zone rurale.

MA COOP devient en 2017 une Société Coopérative par Actions Simplifiée à Capital Variable à but non lucratif inscrite au Registre du Commerce et des Sociétés de Mende et s'inscrit dans une démarche émergente et innovante en France : les supermarchés coopératifs. Complètement différent, ici pas de clients mais des coopérateurs et des bénévoles, des prix qui se veulent plus bas pour des produits de meilleure qualité, une sorte d’utopie de la distribution qui devient réalité en France. Leur source d'inspiration ? La "Park Slope Food Coop". Là bas, à New York, depuis 40 ans qu'elle existe au cœur de Brooklyn, on fait la queue 40 minutes aux caisses et on doit y travailler obligatoirement 2h45 par mois pour avoir le droit d’y faire ses courses ! 16 000 personnes font partie de cette coopérative qui a doublé sa surface de vente par deux pour répondre à la demande et doit encore s’agrandir aujourd’hui. Côté qualité, on parle de la meilleure alimentation de la Big Apple avec des prix très très bas : un modèle coopératif.



Un film, intitulé FOOD COOP, a d’ailleurs été réalisé sur cette expérience par Tom BOOTH qui est aussi le co-fondateur de La Louve à Paris, le premier supermarché coopératif en France dans le 18e arrondissement avec ses 2000 membres. Une vingtaine de coopératives de consommateurs sont en cours de création partout en France réunissant des milliers de coopérateurs : Rennes, Bordeaux, Montpellier, Nancy, Toulouse, Marseille, Lille, Grenoble, Orléans, Grasse ou Nantes...




Ma Coop a décidé d'adhérer à ce mouvement national représenté par la Fédération Nationale des Coopératives de Consommateurs (FNCC). Son secrétaire général a souhaité rentrer dans le capital de notre coopérative avec l'Institut du Développement Coopératif, nous permettant de bénéficier de son expertise et de la force de son réseau. Parce que nous sommes la seule épicerie de la vallée, elle reste toujours ouverte à tous les habitants et à toutes les personnes de passage. Par contre, pour bénéficier des réductions sur l'ensemble des produits et des achats groupés, il faut devenir sociétaire de la coopérative et, pour participer au projet, adhérent à l'association des Amis de Ma Coop – La Vie au Vert.


Ma Coop est une épicerie coopérative innovante, à but non lucratif, gérée et gouvernée par ses membres, pour ses membres : les coopérateurs. Leur participation active à la gestion du projet offre aux coopérateurs l’accès à des produits à prix réduit en priorité issus de l’agriculture durable et de circuits courts. Ce qui favorise l’économie locale et permet de payer les producteurs au juste prix. Tout en redonnant du sens à la consommation, Ma Coop souhaite continuer à faire vivre un lieu d’échanges, de solidarité, de partage et de sensibilisation aux enjeux alimentaires actuels. Défi entrepreneurial de l’économie partagée, premier projet du genre en France en zone rurale, Ma Coop propose une alternative nouvelle à la grande distribution.


Tout le monde peut y faire ses courses. Pour bénéficier de tarifs avantageux, il suffit de devenir coopérateur, c’est à dire participer au financement, à la gouvernance et au fonctionnement de Ma Coop. Dans la tradition des coopératives de consommateurs du 19ème siècle, les décisions sont collectives, un coopérateur dispose d’une voix quel que soit son nombre de parts. Ma Coop s’engage à rendre la coopérative accessible à tous, en répondant aux besoins et aux choix alimentaires de ses membres.


Les engagements des coopérateurs :

  • Investir 100 €, soit 10 parts de la coopérative. Les bénéficiaires des minimas sociaux ou disposant d'un salaire inférieur au SMIC peuvent n’acheter qu’une part soit un investissement de 10 €. Une somme remboursable à tout membre qui souhaite sortir de la coopérative.

  • Donner 3 h : les membres de la coopérative assurent, aux côtés des salariés, les tâches nécessaires au bon fonctionnement du magasin 3 heures consécutives toutes les 4 semaines : caisse, stock, administratif, logistique, commission communication, fournisseurs ou produits ...


    Refaire vivre les hameaux et villages sans commerce


Depuis 2014, MA Coop assure un point de vente relais en fruits et légumes et en épicerie bio sur le marché de Villefort d'avril à septembre. Mais, depuis les épisodes cévenols de 2014, nous expérimentons aussi dans la commune de Malons-et-Elze (Gard) une formule de mini-marché qui redonne vie au coeur du hameau de Elze. 

Extrait d'un article publié dans TransRural : "En automne 2014, le hameau d'Elze, accessible par une seule voie à flanc de montagne, s'est retrouvé coupé du monde après l'effondrement de cette dernière lors d'un éboulement, créant un trou de plusieurs mètres de longueur et de 250m de profondeur ! Les habitants ne pouvant plus se ravitailler, une initiative a été mise en place par Ma coop à leur demande : le marché d'Elze. Une fois par semaine les habitants du hameau et les salariés de Ma Coop se rejoignent au trou pour un marché. Les ânes du hameau sont mis à contribution pour ramener les courses. Ces distributions ont lieu une fois par semaine ; une régularité qui a permis de sortir les 60 habitants de leur enclavement". Depuis, bien que la route est été réouverte, les habitants ont souhaité que ce rendez-vous perdure. "Preuve que le fonctionnement collectif, s'il complique parfois la prise de décision, permet de rester attentif aux besoins des habitants et de favoriser la solidarité au delà des frontières communales".

  

C'est cette initiative que nous souhaitons désormais généraliser dans les communes avoisinantes et demandeuses de ce service. Pour ce faire, nous souhaitons nous équiper d'un véritable camion-épicerie qui permettra de proposer un large choix de produits locaux, bios ou de première nécessité ainsi que du pain. Il permettra de livrer également des particuliers avec l'offre disponible en magasin ou en précommande à un tarif privilégié. Au côté pratique, nous avons pensé également à la convivialité avec un équipement facilement dépbliable pour offrir à tous le temps d'échanger autour d'un café ou d'un thé. L'objectif de notre coopérative de consommateurs c'est de permettre à chacun d'avoir accès à une alimentation saine là où il habite et faire revivre le coeur de chaque village..